La 166 MM d’Agnelli atteint des sommets à la Villa d’Este

La 166 MM d’Agnelli atteint des sommets à la Villa d’Este

GT & Sport Cars

Des Ferrari négociées pour un total de 18,5 millions d’Euros aux enchères de la Villa Erba

Maranello, le 26 mai – Une Ferrari domine le Concours d’élégance 2015 de la Villa d’Este. La 166 MM de 1950 en question a une histoire particulière. Son premier propriétaire n’est autre que Gianni Agnelli qui en prend possession en juillet 1950 et la revend deux ans plus tard au Vicomte Gery d’Hendecourt. Ce dernier la revend ensuite à l’Écurie Francorchamps. L’Écurie la repeint en bleu et la lance dans le grand bain de la compétition. Avec Olivier Gendebien à son volant, la 166 MM remporte la Coupe de Spa-Francorchamps et le Grand-Prix de Spa. En 1957, Armand et Jean Blaton en font l’acquisition. Conduite par « Beurlys » (Jean), elle remporte d’autres courses en Belgique et au Danemark.

 

À l’affiche. La voiture est ensuite acquise par l’ancien pilote belge de Formule 1 Jacques Swaters qui la sort pour des exhibitions de voitures de collection et des reconstitutions des Mille Miglia et d’autres courses historiques. En 1994, la 166 MM est également exposée au MoMA de New York, puis à la Nationalgallerie de Berlin pour illustrer l’excellence du design de la voiture italienne. En 2012, l’anglais Clive Beechamp en fait l’acquisition et restaure sa carrosserie à son état d’origine pour obtenir la certification auprès du département Ferrari Classiche

Les enchères à la Villa Erba. Le même weekend, la Villa Erba accueille une vente aux enchères RM-Sotheby’s, au cours de laquelle un total de 18,5 millions d’Euros de Ferrari ont été négociés. La voiture la plus chère est une 212 Export Barchetta de 1952, victorieuse de plusieurs courses en Sicile, puis en Suisse. Elle a trouvé preneur à 6,72 millions d’Euros. D’autres voitures ont atteint des sommets : une 250 GT/L Berlinetta Lusso de 1963 à 2 millions d’Euros et une 250 GT Cabriolet Serie II de 1960 à 1,5 millions d’Euros. Des modèles plus récents ont également fait recette, particulièrement une 288 GTO de 1985 à près de 2 millions d’Euros et une Enzo de 2002 à 1,26 millions d’Euros.